Le premier ministre a choisi d'organiser une rencontre risquée , vendredi 24 mars en début d'après-midi, avec les cinq confédérations syndicales qui ne veulent que le retrait du contrat première embauche et une vraie politique de l'emploi.

Lire la suite